Résultats de notre enquête

Publié le 14.04.20 à 17:49


Sondage réalisé du 7 au 13 avril 2020 auprès de 855 agents immobiliers francophones de Belgique, échantillon représentatif reflétant notamment la répartition géographique des membres de l’IPI.

 

Observations générales :

Par “agents immobiliers”, le grand-public pense immédiatement à de grandes enseignes, ayant pignon sur rue et vendant des biens d’exception. Cependant, la grande majorité sont des petites structures comme le reflètent les 99% des répondants qui se déclarent indépendants ou dirigeants de TPE.

Parmi les dirigeants, 83% ont entrepris les démarches de chômage temporaire pour cas de force majeure, et ce, pour la majorité de leur personnel. Il s’agit principalement des courtiers puisque les syndics et régisseurs (44% des sondés) ne sont pas concernés par cette mesure au vu du maintien de leurs activités.

Néanmoins, plus de 80% d’entre vous déclarent qu’ils seront rapidement confrontés à des difficultés financières liées au confinement. Vous êtes ainsi près de 80% à estimer ne pas pouvoir tenir plus de 3 mois de confinement.

 

Focus sur les courtiers :

  •       62% des courtiers n’ont plus signé de compromis depuis le 18 mars dernier, date de fermeture obligatoire des agences immobilières. On peut valablement affirmer que les autres résultent de contacts (visites - informations) réalisés avant le début du confinement.
  •       Un courtier sur deux (49%) déclare avoir dû faire face à plusieurs rétractations de clients.
  •       En ce qui concerne les reports de signatures, ce chiffre grimpe à 84%.

 

Focus sur les régisseurs :

  •       51% des régisseurs enregistrent des retards importants dans la perception des loyers. Cette indication suppose que les bailleurs pourraient présenter des difficultés dans le remboursement des emprunts hypothécaires.
  •       1 régisseur sur 2 (48%) fait même face à des demandes d’annulation de paiement de loyer et cela représente, pour la plupart, entre 20% et 40% de leurs biens en location. Ces demandes de suspension, pour des baux probablement commerciaux, devraient s'accroître dans les prochaines semaines ce qui pourrait augurer d’une contraction du prix de l’immobilier de rapport.

  

Focus sur les syndics :

  •       75% déclarent devoir faire face à un trop faible nombre de corps de métiers intervenant encore dans les copropriétés.
  •       Près de 30% des syndics sont confrontés à la problématique des conflits de voisinage. Si les problèmes de voisinage augmentent avec la durée du confinement, le sentiment dominant est néanmoins plus de compréhension de la part des copropriétaires envers leur syndic.
  •       17% des syndics doivent gérer des demandes de délais de paiement de la part des copropriétaires, ce qui risque d’avoir rapidement un impact sur la trésorerie des associations de Copropriétaires.
  •       55% des syndics interrogés estiment que la suspension des assemblées générales a un réel impact sur le processus de fonctionnement de la copropriété.

 

Plus que jamais, en cette période de crise liée au Coronavirus, Federia assume son rôle de Fédération en défendant la profession d’agents immobiliers. 

Consciente des enjeux, Federia suit de près l’évolution de la crise et poursuit le dialogue avec toutes les parties impliquées afin de soutenir et de défendre au mieux l’intérêt des agents immobiliers qu’ils soient courtiers, syndics ou régisseurs. 



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de données personnelles à des fins statistiques d'information relatives à la navigation. Voir la charte de vie privée pour plus d'informations.